jeudi 29 décembre 2016

The Eternal Grind 1916

Louise (M. Pickford) au travail
L'Ange gardien
Un film de John O'Brien avec Mary Pickford, John Bowers, Loretta Blake et Dorothy West

Louise (M. Pickford) travaille dans un sweatshop pour un salaire de misère tout en ayant la charge de ses deux soeurs. Jane (D. West) ne songe qu'à échapper à son sort en devenant la maîtresse d'un fils de famille alors qu'Amy (L. Blake) souffre de la tuberculose...

Considéré longtemps comme perdu, ce film de Mary Pickford réalisé par John O'Brien a refait surface sous la forme d'une copie française très incomplète à la Cinémathèque française. La copie est teintée et de très belle qualité. Malheureusement, les meilleurs moments du film se trouvent à la fin de la copie et sont manquants. Il doit manquer environ 1/3 du film (env. 2 bobines) et nous sommes privés des scènes les plus dramatiques de ce mélodrame à tendance sociale. Mary Pickford a très souvent joué des rôles de filles du peuple et elle est ici une ouvrière du textile, sous payée et harcelée par le contremaître. Ce type de sujet avait été également abordé par le talentueux John H. Collins dans Children of Eve (1915). Malheureusement, John O'Brien n'est pas un réalisateur du calibre de Maurice Tourneur, de Marshall Neilan ou de Sidney Franklin pour ne citer que quelques uns des réalisateurs de Pickford dans les années 1910. Il se contente de filmer les événements de manière académique et le film repose entièrement sur les épaules de la star. Mary sait parfaitement comment donner à son personnage la conviction nécessaire que ce soit durant le petit déjeuner qu'elle prépare à la va-vite ou lorsqu'elle déjeune d'un morceau de pain assise sur sa machine à coudre. Reprenant un poncif de ce type de mélo, elle tombe amoureuse sans le savoir du fils de son patron, joué par le jeune John Bowers, futur interprète de Lorna Doone (1922) de M. Tourneur. Juste au moment où l'intrigue commence à se corser, la copie se termine. Dans les scènes manquantes, Mary fait preuve d'une grande autorité puisqu'elle menace d'un révolver le vil séducteur de sa soeur et le force à épouser celle-ci pour réparer le mal qu'il a fait. Puis, le plancher du sweatshop s'effondre provoquant de nombreux morts et blessés. Cette dernière rapppelle cruellement une actualité brûlante dans certains pays où les ouvrières sont toujours exploitées de façon éhontée. On ne peut que regretter que l'absence de cette fin qui aurait peut-être donné au film un tout autre relief.

The Bottle Imp 1917

Lopaka (S. Hayakawa) et Kokua (Lehua Waipahu)
La Bouteille enchantée
Un film de Marshall Neilan avec Sessue Hayakawa, Lehua Waipahu et George Kuwa

Lopaka (S. Hayakawa) un pauvre pêcheur est amoureux de la belle Kokua (L. Waipahu). Mais, son père lui refuse sa main à moins que sa fortune ne s'améliore. Alors Lopaka achète une bouteille enchantée qui pourra réaliser tous ses désirs...

The Bottle Imp est une adaptation d'un roman de Robert Louis Stevenson. On aperçoit d'ailleurs l'auteur au début et à la fin du film qui lit l'histoire à des petits enfants. Lorsque ce film de Marshall Neilan est sorti en salles en mars 1917, le cinéaste Maurice Tourneur est allé le voir à de multiples reprises. Je me demandais ce qui avait pu fasciner à ce point ce metteur en scène. La vision du film donne la réponse. Tout d'abord Marshall Neilan est allé filmer aux îles Hawaï. Pour interpréter les personnages, il n'a utilisé que des acteurs d'origine japonaise comme Hayakawa ou des habitants de Hawaï dont la très jolie et gracieuse Lehua Waipahu. Ensuite, cette histoire féérique a indéniablement une atmosphère toute particulière. Neilan travaille avec l'excellent Walter Stradling derrière la caméra qui filme les paysages hawaïens ainsi que les intérieurs avec beaucoup de style. Maurice Tourneur a toujours eu une fascination pour les îles du pacifique et pour ses habitants dont la vie lui semblait au plus proche de ce devrait être le bonheur de l'homme. Il ira d'ailleurs lui-même plus tard tourner un film (perdu) à Tahiti en 1924 intitulé Never the Twain Shall Meet (Frontière humaine, 1925). Marshall Neilan est sans aucun doute un des réalisateurs les plus intéressants de cette période. Mary Pickford ne s'y trompe pas quand elle choisit de travailler avec lui. Elle a tourné pas moins de cinq films avec lui qui sont tous remarquables, en particulier Stella Maris (1918). The Bottle Imp a survécu sous la forme d'une copie française qui est quasiment complète à part le générique et les scènes du début. La qualité de l'image est correcte et permet d'apprécier le travail de l'opérateur. Sessue Hayakawa était déjà un acteur confirmé en 1917. Il a déjà travaillé chez Thomas H. Ince et pour Cecil B. DeMille et grâce à Neilan, il échappe aux stéréotypes sur les asiatiques puisqu'il est ici le héros de cette histoire. Ce conte de fées avec une bouteille enchantée rappelle les contes des mille et une nuit. Lopaka va pouvoir obtenir la richesse et la main de Kokua et pourtant, la possession de la bouteille a un revers. Il doit la revendre pour un prix inférieur ou il risque de perdre son âme en mourant. La morale de l'histoire est simple: l'argent ne fait pas le bonheur. Lopaka ne peut plus se passer de sa bouteille enchantée bien que celle-ci le rend peu à peu malade. Il ne pourra retrouver le bonheur qu'après l'avoir revendue. Son nouveau propriétaire meurt et la bouteille disparaît enfin avec le dieu des volcans qu'elle renfermait. Il se retrouve à nouveau sans le sou, mais avec Kokua à ses côtés. Au total, c'est un excellent film qui mérite amplement le déplacement.